Info Vaccination

Point de situation

En visite dans le premier vaccinodrome parisien, installé au Parc des expositions de la Porte de Versailles, le président Emmanuel Macron a fait jeudi 6 mai 2021 deux annonces relatives à la vaccination contre la Covid-19 :

  • ouverture de la vaccination aux plus de 50 ans à partir du lundi 10 mai 2021 (prise de rendez-vous dès le 7 mai sur santé.fr) ;
  • toutes les personnes majeures pourront prendre rendez-vous pour se faire vacciner si des doses de vaccin sont disponibles la veille pour le lendemain et ce à compter du mercredi 12 mai.


Les prochains objectifs de la stratégie vaccinale sont les suivants :

  • 20 millions de personnes vaccinées à la mi-mai ;
  • 30 millions de personnes vaccinées à la mi-juin ;
  • d’ici la fin de l’été, tous les Français de plus de 18 ans qui souhaitent se faire vacciner pourront l’être. 

La stratégie de déploiement des auto-tests :

  • Depuis le 12 avril : libre accès en pharmacie pour tous sans remboursement, et avec remboursement pour les aides à domicile auprès de personnes âgées et handicapées et les accueillants familiaux.
  • Depuis le 19 avril : déploiement en Outremer, et expérimentation auprès de publics précaires.
  • Depuis le 26 avril : déploiement en établissement scolaire ou d’enseignement supérieur.

Les vaccins autorisés en France

Pour stopper la pandémie et retrouver une vie normale, les chercheurs et laboratoires du monde entier se mobilisent pour développer des vaccins efficaces contre la Covid-19. En plus des mesures barrières, la vaccination permettra de maintenir l’impact de l’épidémie et de réduire la mortalité et la morbidité liées à l’infection virale. À ce jour, quatre vaccins sont autorisés en France :

  • Pfizer/BioNTech ;
  • Moderna ;
  • AstraZeneca ;
  • Janssen.

Les trois premiers vaccins s’administrent en deux doses. Pfizer/BioNTech et Moderna sont des vaccins à ARN messager (Acide ribonucléiques), ce qui induit un circuit logistique et un mode de conservation différents des vaccins « classiques ». AstraZeneca, à vecteur viral, bénéficie d’une logistique simplifiée.

Le quatrième vaccin, Janssen, de l’entreprise américaine Johnson&Johnson, a obtenu le 11 mars le feu vert de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Ce vaccin à vecteur viral ne nécessite qu’une seule dose et ne requiert pas de très basses températures pour sa conservation. La Haute autorité de santé l’a inclus le 12 mars dans la stratégie vaccinale en France. Il est administré aux personnes de plus de 55 ans depuis le samedi 24 avril 2021.

Un circuit sécurisé

Pour garantir la sécurité de son utilisation, le développement d’un vaccin est soumis à des exigences réglementaires strictes. Avant d’être mis à la disposition de la population, le vaccin nécessite la mise en place d’essais cliniques. Les résultats doivent être satisfaisants en termes de réponse immunitaire, d’efficacité, de sécurité et de qualité pour que le vaccin soit validé. Les essais cliniques ont lieu dans différents pays comme la France où il est possible de se porter volontaire pour participer à des essais via la plateforme Covireivac.

Actuellement, la politique de pré-achat du Gouvernement vise à sécuriser l’accès de la France aux vaccins les plus prometteurs, en quantité suffisante et à des conditions tarifaires compétitives. Pour autant, l’achat lui-même reste conditionné aux résultats des essais cliniques et à l’autorisation de mise sur le marché par l’Agence européenne du médicament (EMA).

La Commission européenne a engagé 2,7 milliards d’euros de son instrument d’aide d’urgence pour financer les laboratoires les plus avancés dans leurs recherches. Cet investissement permet également de précommander des doses qui seront partagées entre les États membres. La Commission a ainsi conclu 6 contrats de pré-achat de vaccins contre la Covid, pour un total représentant plus d’1 milliard de doses dont 200 millions pour la France. D’autres arriveront.
 

Les personnes éligibles à la vaccination


Le déploiement de la vaccination se fait progressivement suivant une logique simple : la priorité est donnée aux publics les plus vulnérables au virus et les plus susceptibles de développer des formes graves de la maladie.

À ce jour, les professionnels éligibles à la vaccination sont les :

  • professionnels de santé ;
  • professionnels d’un établissement de santé ;
  • professionnel d’un établissement ou service médicosocial intervenant auprès de personnes vulnérables ;
  • salariés de particuliers employeurs intervenant auprès de personnes âgées et handicapées vulnérables ;
  • sapeur-pompiers.

Par ailleurs, depuis le 17 avril 2021, des créneaux dédiés aux professionnels prioritaires de plus de 55 ans (enseignants, policiers, gendarmes…) sont ouverts en centres de vaccination.

Infographie - La vaccination des professionnels
Ministère des Solidarités et de la Santé


Ces professionnels prioritaires du secteur public bénéficient de créneaux dédiés :

  •  les professeurs des écoles, collèges, lycées ;
  •  les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) ;
  •  les agents au contact des élèves en école, collège, lycée ;
  •  les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) ;
  •  les professionnels de la petite enfance (dont les assistants maternels) ;
  •  les professionnels de la protection judiciaire de la jeunesse et les professionnels de la protection de l’enfance ;
  •  les professionnels de l’hébergement d’urgence ;
  •  les policiers nationaux et municipaux ;
  •  les gendarmes ;
  •  les surveillants pénitentiaires ;
  •  les douaniers de la branche surveillance.


La vaccination contre la Covid-19 pour le grand public est ouverte aux :

  • personnes de 18 à 55 ans inclus souffrant d’une pathologie à très haut risque de forme grave de Covid-19 ou d’une ou plusieurs comorbidités ;
  • personnes de 55 ans et plus quel que soit leur lieu de vie et leur état de santé (avec ou sans comorbidités) ;
  • personnes majeures en situation de handicap, hébergées en maison d’accueil spécialisée ou foyer d’accueil médicalisé ;
  • adultes vivant dans le même foyer qu’une personne sévèrement immunodéprimée, enfant ou adulte (transplantés d’organes solides, transplantés récents de moelle osseuse récents, patients dialysés, patients atteints de maladies auto-immunes sous traitement immunosuppresseur fort de type anti-CD20 ou anti-métabolites).
  • femmes enceintes à partir du 2e trimestre de grossesse ;
  • personnes de plus de 18 ans avec un indice de masse corporelle supérieur à 30 ;
  • les personnes de 16-17 ans atteints de certains maladies graves (pathologie à très haut risque de forme grave) avec le vaccin Pfizer-BioNTech.

Dans les phases suivantes seront vaccinées les autres catégories de la population, susceptibles d’être infectées et non ciblées antérieurement.

Depuis le mercredi 31 mars 2021, une campagne de SMS et d’appels téléphoniques est menée par l’Assurance maladie auprès des personnes âgées de plus de 75 ans qui n’ont pas encore pu se faire vacciner et qui souhaitent le faire.
 

Comment fonctionne un vaccin ?

Lorsqu’on tombe malade, notre système immunitaire se défend en fabriquant notamment des anticorps. Ils sont destinés à neutraliser et aider à éliminer le virus à l’origine de la maladie.

Les vaccins développés par AstraZeneca et par Janssen reposent sur un vecteur viral non réplicatif : un virus inoffensif qui ne peut se reproduire dans les cellules est utilisé pour transporter le matériel génétique du coronavirus, fabriquant la protéine qui enclenchera une réponse immunitaire.

Les vaccins développés par Pfizer/BioNTechn et Moderna reposent sur l’ARN messager : un virus inactivé, une partie du virus ou même un ARN messager est introduit dans notre corps. Notre système immunitaire produit des anticorps en réaction à cette injection. Ainsi, le vaccin permet que notre système immunitaire reconnaisse spécifiquement l’agent infectieux s’il s’introduit dans notre organisme. Il sera alors détecté, neutralisé et éliminé avant qu’il ne puisse nous rendre malade.

Peut être une image de texte qui dit ’Vaccin accin COVID-19 SE VACCINER, 4 vaccins, un point commun: une procédure de mise sur le marché rigoureuse et stricte Moderna Pfizer-BioNTech AstraZeneca Janssen Ces vaccins ont été autorisés par l'Agence européenne des médicaments et la Haute autorité de Santé (HAS).’